Balade Montferrand

 Le  château de Montferrand

Prendre la direction de Saint-Mathieu-de-Tréviers par la D17.
Passer Prades-le-Lez et continuer sur la D17 jusqu’à arriver à l’entrée de Saint-Mathieu de Tréviers.
500m avant l’entrée du village, prendre à gauche la direction du haut village et du château de Montferrand.

Longueur : 5,5 Km
Dénivelé : 215 m
Durée : 2 h
Cartes : IGN 2742 ET (1/25 000).
Difficulté : aucune.
Période : demi-saison, hiver
Equipement : randonnée légère
Points d'eau : non
Balisage : rouge et blanc (GR).
Conseil : évitez les dimanches et jours fériés si vous n'aimez pas la foule.

Histoire:

Bâti au XIIème siècle, sur un site fortifié plus ancien, le château de Montferrand est situé sur un éperon rocheux, à l'extrémité est de la crête du Pic St-Loup. Les vestiges des deux enceintes, des communs, des logis, des citernes et du donjon se dressent encore fièrement au bord de la vertigineuse falaise nord. Le sentier qui y mène vient du sud, où la pente est bien plus douce, permettant à tous d'aller découvrir ce magnifique site médiéval.

Le château se dresse depuis le XIIe siècle à l'emplacement d'un ancien castel romain, et profite au nord d’une falaise verticale de 20m comme défense naturelle.
La construction est réalisée selon la méthode dite "mégalithique", qui consiste à remplir de pierres le vide laissé par les deux parements latéraux.

Cet habitat n'a jamais été un habitat seigneurial, mais un dispositif de défense pour contrôler le nord du comté de Melgueil. Il était occupé par un capitaine, un bayle (économe), des officiers et des soldats. Il est probable que les effectifs soient montés à 200 personnes au XVIIe s.

Les ruines occupent un rectangle d’environ 100m sur 60m : les vestiges, dont certains sont à l’état de lambeaux sont composés des deux enceintes, des communs, des logis, de caves voûtées et de la base du donjon.

La république de Montferrand

En 1276 à la mort de Jacques 1er « le Conquérant », roi d’Aragon, comte de Barcelone et seigneur de Montpellier, l’évêque de Maguelone Bérenger de Frédol crée la République de Montferrand (cet évêque est également le comte de Melgueil, qui représentait grossièrement tout l’est du département actuel de l’Hérault). Six paroisses la constituent initialement, parmi lesquelles Tréviers, Valflaunès, Saint-Jean-de-Cuculle, Saint-Gély-du-Fesc ainsi que deux hameaux, Vailhauquès et Saint-Clément. Le capitaine du château de Montferrand était le représentant de l’évêque.

Au XIVe s, la communauté s’agrandit avec en particulier Viols-le-Fort, Viols-en-Laval et Les Matelles qui, grâce à ses remparts qui ont défié le temps (il font aujourd'hui du bourg un magnifique village médiéval), fera figure de préfecture et recevra le parlement qui siégera dans son église.

L’évêque leur accorde une charte de franchise, acte juridique qui accorde des droits particuliers, des exemptions de taxes et des privilèges : suppression de certains droits de succession, diminution de certains droits, puis par la suite possibilité de moudre le blé à n’importe quel moulin sans payer de droits. En 1485, la République (nommée parfois le Laval de Montferrand), siégera aux Etats généraux du Languedoc en alternance, à cause de sa modeste taille.
Cette République jouissait d’une relative autonomie pour la gestion de ses affaires : elle est venue par la suite se fondre dans le creuset de la révolution française avant de disparaître.