VinsdePaysdOc

Il y a 2.600 ans, il était déjà possible de se fournir chez nous en vin d’Oc !

 

Les Gaulois se sont approprié la culture de la vigne, avant même l’arrivée des étrusques, avant qu’autour de Massilia les Grecs eurent l’idée de venir planter leurs ceps, désormais ensevelis par la métropole. Nos ancêtres tiraient de belles récoltes des grappes sauvages d’une vigne originelle. Pour preuve ces pépins, datés de 520 avant J.C., vestiges de vendanges, qui se retrouvent dans le village gaulois des bords de la Lironde.

 

Ce que nous devons à la romanité, c’est l’essaimage de la viticulture sur toute la Narbonnaise romaine, en faisant le plus vaste vignoble du monde et le plus ancien encore en activité… Sous César, la viticulture s’intensifiera et une grande partie de l’activité de Lattara sera due à l’exportation de ce vin, livré à Ostie en quelques quatre jours de mer. Les gaulois, à qui nous devons par ailleurs l’invention du tonneau qui finira par s’imposer à l’amphore, buvaient leur vin pur, quand les romains avaient cette fâcheuse tendance à le préférer coupé d’eau et aromatisé de miel et d’épices...

 

Pendant tout le Moyen-Age, évêques de Maguelone et comtes de Melgueil en poursuivront la commercialisation et même l’exportation vers l’Orient durant les croisades, via Aigues-Mortes et le canal de la Radelle.

Au XVIIe siècle, les vins du pays s’exportent vers toute la France et l’Europe du Nord, mais c’est au 19è que l’essor de la viticulture atteindra son apogée. Chacun arrache ses oliviers pour planter des vignes et les nouveaux mas agricoles se spécialisent, agrandissant leurs chais pour y abriter les récoltes. Les négociants s’enrichissent et il en reste trace dans tous nos villages, sous la forme de riches demeures aux modénatures sculptées de décors viticoles.

 

Tout ce beau monde sera mis à bas en quelques années, par un petit insecte. Le phylloxéra ravagera la vigne pour la première fois, dans le Gard, en 1863. Toutes les exploitations seront touchées, hormis les terroirs de sable. La solution sera trouvée en greffant nos cépages sur des ceps venus des Amériques. Cette technique est toujours utilisée de nos jours.

A noter qu’à cette époque, certains viticulteurs, à la recherche d’un complément de revenu, saisissent la possibilité l’élever le Bombyx, insecte domestique produisant une soie très fine. Cette larve se nourrit de feuilles de mûriers blanc ou noir, originaires d’extrême orient, à ne pas confondre avec le mûrier platane, souvent taillé en parasol pour ombrager nos parkings, qui n’a été introduit que plus tard.

 

Passée la guerre de 14-18 qui a imposé le vin à la France entière, le Languedoc produit en grande quantité un vin de piètre qualité, distribué à bas prix. Mais, l’hiver 1956, toutes les vignes gèlent, sonnant le glas de cette culture. Les vins d’Algérie offrent alors une alternative.

 

Dans les années 70, la consommation française diminue et les petits vins ne font plus recette. Les deux tiers du vignoble sont arrachés et la plupart des caves coopératives désaffectées. Pour nombre d’exploitants, une réelle reconversions’amorce. La polyculture apparaît plus sécurisante et, sur notre bonne terre, hormis quelques champs de céréales, le maraîchage s’intensifie.

 

Aujourd’hui, la viticulture s’est relancée en misant sur une grande diversité de cépages et une meilleure vinification. Nos vins, devenus de très belle qualité, sont de plus en plus appréciés, en France comme à l’étranger.

 

En 2007, l’appellation Languedoc a vu le jour avec d’autre ambition que de devenir la quintessence de ce qui reste le plus grand vignoble du monde.

 

Les vins de pays d’Oc tirent leur épingle du jeu sur un marché désormais mondialisé, ayant la possibilité de proposer des vins issus d’un cépage unique, formule appréciée à l’international.

 

Ici, nous avons tendance à penser, tout comme Pasteur et nos amis viticulteurs, que boire tout à fait modérément et quotidiennement du vin est bon pour la santé et pour le moral, tout en respectant la législation en affichant clairement que l’abus d’alcool est dangereux pour la santé.

 

 

Nos vins sont à découvrir comme un élixir de plaisir, à partager au quotidien !